Accueil Le Mag Musical Les serpents peuvent-ils vraiment être charmés par la musique ?

Les serpents peuvent-ils vraiment être charmés par la musique ?

par Anne

Non. Le charme n’a rien à voir avec la musique et tout à voir avec le charmeur qui agite un pungi, un instrument du monde à anche taillé dans une calebasse, devant le visage du serpent. Les serpents n’ont pas d’oreilles externes et ne peuvent percevoir que des grondements à basse fréquence. Mais lorsqu’ils voient quelque chose de menaçant, ils se dressent dans une position défensive. « Le mouvement du serpent est complètement calé sur celui qui joue du pungi« , explique Robert Drewes, président du département d’herpétologie (étude des amphibiens et des reptiles) de l’Académie des sciences de Californie à San Francisco. « Il se balance, le serpent se balance ».

M. Drewes étudie la façon dont les animaux répondent à leurs propres appels ; sa spécialité est la grenouille. Les grenouilles ont de très bonnes oreilles, ce qui est logique, puisque les sons sont vitaux pour leur procréation : Un mâle qui croasse appelle une femelle. Chaque cri de chaque espèce de grenouille est distinct, et Drewes peut marcher les yeux bandés dans une parcelle de la forêt Arabuko-Sokoke du Kenya et identifier 15 espèces différentes en écoutant leurs cris. Les grenouilles femelles ont une oreille interne qui ne s’accorde qu’avec le cri de leur espèce.

Krause est un musicien et un « écologiste du paysage sonore » qui a enregistré avec Stevie Wonder, les Doors et George Harrison (Krause a travaillé sur l’album Electronic Sound de Harrison, qui crédite le chat de Harrison pour jouer sur une face). « Certains musiciens ont fait écouter de la musique à des orques ou à des dauphins », dit-il, « et ce qui se passe, c’est qu’au départ, les bestioles qui subissent cela semblent curieuses et veulent savoir ce que c’est, d’où ça vient. » En 1985, il faisait partie d’une équipe qui a réussi à attirer une baleine à bosse perdue dans le delta du fleuve Sacramento grâce à des enregistrements sur le terrain d’autres baleines à bosse en train de se nourrir.

Selon M. Krause, bien que les animaux semblent répondre à ce que nous appelons la musique, comment pouvons-nous savoir ce qu’ils pensent ? « Les oiseaux bougent la tête sur des rythmes, les bonobos ont joué du clavier avec Peter Gabriel », dit-il, « mais nous attribuons nos attributs aux animaux. Montrez-moi des animaux semblant apprécier la musique qui ne sont pas captifs, qui ne cherchent pas quelque chose pour pallier à l’ennui. » Krause affirme que nous avons appris notre musique du monde naturel, et dans quelques petites poches du globe, des groupes d’humains chantent encore avec la nature plutôt que pour elle. Les Kaluli de Papouasie-Nouvelle-Guinée, dit-il, « mélangent leurs voix aux bruits de la forêt, et c’est ainsi que nous avons appris la polyphonie », c’est-à-dire le chant à plusieurs voix. Le charme des serpents a peut-être aussi commencé de cette façon, en chantant et en dansant avec le serpent. Mais c’était il y a des milliers d’années, avant que nous sachions que les serpents ne pouvaient même pas entendre ce truc.